JOURNALISTE

Alerte au dessus des centrales

D’un côté les ovnis, objets volants dont on ne connaît ni la nature ni l’origine, de l’autre la technologie nucléaire, capable d’éradiquer toute vie sur Terre en un funeste souffle. Si le lien entre les deux ne semble pas évident, on dénombre pourtant, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nombre impressionnant de survols, par ces engins, de centrales civiles et militaires. Enquête sur un phénomène stupéfiant.

Le 24 juin 1947, État de Washington, le pilote civil Kenneth Arnold survole les Rocheuses. C’est alors qu’il aperçoit neuf objets étranges en forme de disques, volant à toute allure. Grâce à deux sommets de montagne, il parvient à estimer leur vitesse : environ 2 800 kilomètres/heure ! Un chiffre bien supérieur aux capacités des aéronefs de l’époque. Quatre jours plus tard, dans le Nevada, un pilote de chasse aperçoit six objets discoïdaux, qui le suivent et le dépassent à vive allure. Le Pentagone est alerté. Suite à ces événements, le nombre de survols d’ovnis sera croissant et leur nature de plus en plus inquiétante. En effet, certains d’entre eux semblent se concentrer sur des sites militaires nucléaires. L’Amérique est en ébullition : s’agit-il d’une arme secrète russe ou allemande ? D’un phénomène naturel ? Ou bien d’aéronefs exogènes ? Étonnamment, le sujet est très largement documenté depuis 70 ans : outre les centaines de documents déclassifiés, on compterait de nombreux témoignages de militaires et des preuves physiques sans équivoque… Pour autant, la corrélation entre ovnis et nucléaire est-elle avérée ?

Bombe nucléaire et premiers ovnis

La technologie atomique a été mise au point aux États-Unis en pleine Seconde Guerre mondiale. En 1942, l’ingénieur et conseiller scientifique du président Roosevelt, Vannevar Bush (qui jouera aussi un rôle prépondérant dans l’étude des ovnis) annonce au président la faisabilité de la bombe atomique. Un vaste programme ultra-secret est lancé : le projet Manhattan. Dès juillet 1945, la première bombe expérimentale explose dans le désert du Nouveau-Mexique. En août, deux autres sont lancées, pulvérisant Hiroshima et Nagasaki, au Japon. Cet événement marquera la fin de la guerre. Mais aussi les prémices de la guerre froide, durant laquelle un arsenal massif est développé. Jean-Jacques Velasco est une figure incontournable du sujet ovni en France. Il a dirigé le Gepan (Groupe d’étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés, créé en 1977) organisme officiel, de 1981 à 2004. Il souligne que « la puissance totale dégagée [par les explosions nucléaires, NDLR] a été de 440 mégatonnes (la puissance des deux bombes sur Hiroshima et Nagasaki fut de 15 et 21 kilotonnes) […]. Au plus fort des essais dans l’atmosphère, dans les années 1961 à 1963, on enregistra jusqu’à une explosion tous les trois jours ! »

Lire la suite sur Inrees.com 

You Might Also Like...