BLOG

Mieux comprendre la permaculture

Permaculture… Kézako? Certains n’en ont  jamais entendu parler, pour d’autres, c’est quelque chose de plus ou moins flou. J’avais pour ma part des notions que je pensais solides, du fait de mes lectures, des vidéos que j’ai regardé, et d’un reportage que j’ai effectué dans une ferme en permaculture. J’étais pourtant loin bien loin du compte.

Ce weekend, j’ai suivi un stage de 2 jours à Paris, organisé par Kiwi Nature. J’ai totalement re découvert cette pratique, qui me semble être la clé de bien des problèmes que nous rencontrons, tant au niveau de notre système agricole, que sociétal…

Je souhaite donc vous partager les informations qui m’ont le plus marqué, pour que vous puissiez vous aussi commencer à intégrer la permaculture à vos vies.

Perma-culture signifie Agriculture Permanente. Développée dans les années 70 dans le but de trouver une façon de nourrir le monde saine et productive, elle s’applique aujourd’hui à tous les domaines de nos vies. La permaculture est, à l’image de l’architecture, une façon de concevoir, d’imaginer un système. Elle se veut respectueuse de principes suivants:

-Faire attention à la terre et à l’humain
-Créer l’abondance
-Partager équitablement

Concrètement, l’idée de base est de s’inspirer de la forêt, ce système résilient, autonome et généreux, dans lequel les espèces collaborent, et ou il n’existe pas de déchet: tout a son utilité.

La forêt n’a pas besoin de nous pour croître, lutter contre les maladies, rétablir les équilibres. S’inspirer de ce modèle dans notre jardin (et aussi sur nos balcons et terrasses) impliquerait donc les mêmes choses. Exit les pesticides, les engrais, le désherbage… La nature le fait très bien toute seule.

En permaculture:

-Un élément remplit plusieurs fonction
-Il faut partir des besoins de chaque acteur du tout
-Déchets=ressources
-Il faut tâcher d’utiliser et d’accélérer les successions écologiques (de la plante, au buisson, à l’arbre…)
-Mini effort=maxi résultat
-Diversité=stabilité

Voici des points qui m’ont semblé les plus importants:

-Dans un écosystème forestier, l’arbre tient un rôle essentiel: c’est lui qui crée nos sols, il permet à de nombreuses espèces de se nourrir, de trouver de l’ombre, en creusant la terre avec ses racines il permet à l’eau de rejoindre les nappes phréatiques, etc. Sa présence est donc indispensable dans nos jardins!

-Autre point important: la nature a horreur du vide. Nos sols ne devraient jamais, jamais être nus! Ces couches protectrices (le tapis de feuilles dans la forêt) sont essentielles: elles retiennent l’eau, nourrissent la terre et ses habitants: champignons, bactéries et insectes. Ils ont eux mêmes des rôles vitaux à jouer: manger, digérer, transformer les éléments pour nourrir l’ensemble de l’écosystème.

-Sauf cas exceptionnel (transformer un gazon en potager par exemple), une terre ne doit pas être retournée! En procédant de la sorte, vous tuez des millions d’organismes qui l’aèrent, la nourrissent, la font vivre. Vous déstabilisez l’écosystème sous-terrain…La terre n’a pas besoin d’être aérée: les lombrics et autres copains s’en chargent!

Les mauvaises herbes ont aussi des rôles à jouer. Si vous êtes envahis d’une herbe en particulier, cela traduit un déséquilibre dans vos sols. La mauvais herbe qui poussera alors a pour rôle de rétablir ce déséquilibre. C’est le cas du pissenlit, par exemple, avec ses racines profondes il va puiser les ressources manquantes.

-En permaculture, il est essentiel de miser sur la diversité des espèces. Et de faire tourner les cultures.

-Les classiques gazons de nos jardins sont une monoculture de graminées. Pas terrible donc. Il existe des alternatives, qui par la même occasion attirent les insectes pollinisateurs (les mélanges de graines de prairies par exemple)

-Limaces, pucerons, peuvent être chassés naturellement, en introduisant par exemple des plantes ou des insectes qui les attirent ou les mangent.

Toutes ces erreurs communément faites ne vous rappellent pas quelque chose? Notre système agricole, par exemple? La monoculture, les pesticides, les engrais, la déforestation ont tué nos sols. Si les plantes continuent d’y pousser, c’est uniquement grâce aux doses massives de pesticides et d’engrais que nous pulvérisons.

J’espère que ces quelques éléments vous permettront de comprendre l’importance de la permaculture. Pour aller plus loin, et pour mieux comprendre comment la mettre en place, je vous invite à consulter les sources suivantes:

-Les vidéos de Claude et Lydia Bourguignon sur Youtube
-Les vidéos sur l’écocentre du Bouchot, sur Youtube
-Le livre de Davy Cosson: www.kiwi-nature.com/livre-permaculture-davy-cosson
-Le livre Le potager perpetuel: www.editions-ulmer.fr/editions-ulmer/le-potager-perpetuel-utiliser-les-legumes-vivaces-pour-un-potager-sans-effort-ou-presque–515-cl.htm
-Le livre Introduction à la permaculture, de Bill Mollison
-Le livre de Robina MacCurdy, Faire sensemble Outils participatifs pour le collectif

Pour acheter vos graines, je vous recommande d’opter pour les semences anciennes, robustes et reproductibles, à l’inverse de beaucoup de graines vendues en jardinerie. Vous pouvez en trouver gratuitement, notamment sur le site grainesdetroc.fr

Enfin, le festival de la permaculture à lieu les 9 et 10 juin à Tours. Enjoy!
Aurélie

You Might Also Like...